Le bateau ivre



 
PortailCalendrierAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Retour sur certain mois de novembre 2005

Aller en bas 
AuteurMessage
Pascal
Langue pendue
Langue pendue
avatar

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 306
Date de naissance : 12/11/1959
Age : 58
Localisation : Flandre
Loisirs : Ecrire et lire, lire et écrire
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Retour sur certain mois de novembre 2005   Dim 8 Nov - 18:33

Le jour où je suis devenu (plus…) con.





« Les médias reflètent ce que disent les gens, les gens reflètent ce que disent les médias. Ne va-t-on jamais se lasser de cet abrutissant jeu de miroirs ? » Amin Maalouf
Un mois de novembre tout en grisailles et nuées, un mois de novembre à oublier… Petit matin frileux, ensommeillé… Une radio périphérique (inutile de préciser la fréquence, elles se ressemblent toutes…) distille son venin à haut débit d’inepties… Instant de faiblesse ? Sénescence précoce ? Lassitude du quadragénaire qui finit par accepter ce qu’on lui injecte à longueur de journée ? Par commodité intellectuelle… Je n’ai toujours pas la réponse… Finalement les « événements » banlieusards sont un bon vecteur à mes humeurs belliqueuses, et comme un bon sujet de sa majesté Média, je suis asservi au fouet de la peur… La pire peur qui soit, celle dont nous souffrons toutes et tous (enfin, il reste peut-être encore des survivants ?) La peur irraisonnée, celle de l’autre, que l’on ne connaît pas, que l’on ne veut surtout pas connaître… Surtout, ne pas se retourner… Haïr… Haïr… Elle est grisante cette haine, c’est celle de Nuremberg et celle de Soweto en d’autres lieux et d’autres temps. C’est la folie des foules, celles des stades et des meetings. Je n’ai rien vu venir… Robert Sabatier me donne cette troublante définition : « Le racisme est une manière de déléguer à l’autre le dégoût que l’on a de soi-même. »
Je ne me cherche pas d’excuses, je suis troublé, simplement. J’ai décontenancé mes enfants… A leurs yeux, je suis devenu un vieux con réac… Elles ne m’ont rien dit, elles sont plus intelligentes que leur père… Heureusement…
Je suis ébranlé… Bien fait pour mes pieds… Je me croyais à l’abri de ce genre de maladie… Certain de ma culture bien pensante, légèrement gauchisante, d’une gauche de bon aloi… Un peu poussiéreuse et un peu obsolète. Pris comme un rat dans la nasse et les méandres filandreux d’une information poisseuse et mensongère, d’un journalisme mercantile plus soucieux de spectaculaire que de vérité et d’explications… Mais là, non plus, je n’ai aucune excuse… Nous ne sommes pas obligé de regarder, de lire ou d’écouter, pas vrai ?
Depuis, je suis comme qui dirait en convalescence, la connerie c’est comme le cancer, on ne sait jamais si la maladie est totalement éradiquée… Un bon signe ? La reprise de l’écriture avec cette chronique, qui sait… Une constatation : la connerie rend souvent stérile (intellectuellement parlant, c’est déjà un bon point…), on aboie avec les loups pour oublier que l’on est mouton… Il reste pour certains un semblant de pudeur pour ne pas l’écrire au moins. (Ce n’est pas immuable, malheureusement….Vous l’avez sûrement noté en lisant les journaux ou en écoutant les « milieux autorisés » chers à Coluche, tiens on va y aller d’un lieu commun, mais tant pis, c’est pourtant vrai qu’il nous manque, l’homme à la salopette, sa causticité nous remettait à notre place quand il le fallait…)
Je pense à ce gamin qui ressemble à tant d’autres mômes d’aujourd’hui… A ce début de soirée, dans la clarté orange d’un réverbère en bordure d’un lotissement ordinaire, celui où j’habite… Je pense à sa fuite en courant, alors que je revenais chez moi après une journée de travail, une mini poursuite dans la nuit tombée… A ma question sur sa course endiablée (il était simplement avec sa petite amie, une jeune fille du voisinage) il a simplement répondu, d’une voix essoufflée : « J’ai peur…… » Moi aussi, gamin, ce soir-là… J’ai eu peur… Cette peur distillée goutte à goutte, la peur de l’autre… Je me suis excusé, il n’a pas souri : il avait encore peur…. Je n’ai pas souri : j’avais vaguement honte…
J’ai depuis toujours un peu honte… Je suis en convalescence, je me méfie de moi-même, je n’aime pas l’homme Louis Ferdinand Céline, mais l’auteur incise à cru, « Il n’y a de terrible en nous que ce qui n’a pas encore été dit ». En ce novembre gris et sale, j’ai vu ce qu’il pouvait y avoir de terrible en moi, et je me suis brûlé les yeux… Je reste persuadé qu’il me reste tant et tant à apprendre, apprendre à ouvrir encore davantage les yeux, pour y laisser entrer la lumière… Pour mes filles, pour mes amis : Hassan, Danièle, Abdel, Monique, pour les petites Inès, Iman et le joyeux Yannis, simplement pour me regarder chaque matin dans la glace…
En guise de conclusion je ne citerai que ceci tiré du bouquin de Jean-Louis Fournier « Mon dernier cheveu noir »
« J’ai atteint la limite d’âge, et peut-être mes propres limites.
J’ai quelques regrets.
Il y a beaucoup de choses que j’aurais aimé faire et que je ne ferai jamais.
Je ne dirigerai jamais l’orchestre philharmonique de Vienne.
Je ne serai jamais roi de Suède.
Je ne serai jamais dompteur de tigres.
Je ne piloterai jamais le Concorde.
Je ne ferai jamais l’Olympia (même en première partie).
Je ne serai jamais champion olympique.
Je ne traverserai jamais l’Atlantique à la rame.
…/… Finalement, je m’en fous. »
A cette liste, j’ajouterai simplement, une petite phrase personnelle :
J’ai atteint la limite d’âge, et peut-être mes propres limites.
J’ai quelques regrets.
Mais je veux rester jusqu’au bout, un honnête homme…
Ce n’est déjà pas si mal…
Revenir en haut Aller en bas
Anne
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Coq
Nombre de messages : 23469
Date de naissance : 17/10/1957
Age : 60
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Retour sur certain mois de novembre 2005   Sam 28 Nov - 22:31

C'est beaucoup d'être un homme honnête, honnête avec toi-même, avec les autres, honnête avec ses pensées, ses accords et qu'importe si la liste s'allonge de ce que tu ne sera pas, ce qui compte c'est que tu es.

Et c'est pareil pour chaque individu.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Pascal
Langue pendue
Langue pendue
avatar

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 306
Date de naissance : 12/11/1959
Age : 58
Localisation : Flandre
Loisirs : Ecrire et lire, lire et écrire
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: Retour sur certain mois de novembre 2005   Dim 29 Nov - 12:28

Ce fut le seul bien de mon père lors de sa trop courte vie, mais plus que tout autre chose, il y tenait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour sur certain mois de novembre 2005   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour sur certain mois de novembre 2005
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos plus belles photos du mois de novembre 2009
» Le thème du mois de Novembre 2010 - Luca
» Thème du mois de novembre 2014
» Jeu du thème du mois de novembre.
» Thème du mois de novembre 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le bateau ivre  :: Contes - théâtre et Histoires-
Sauter vers: