Le bateau ivre



 
PortailCalendrierAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 C'est souvent ainsi que cela débute...

Aller en bas 
AuteurMessage
Pascal
Langue pendue
Langue pendue
avatar

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 306
Date de naissance : 12/11/1959
Age : 59
Localisation : Flandre
Loisirs : Ecrire et lire, lire et écrire
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: C'est souvent ainsi que cela débute...   Jeu 26 Nov - 21:04


C'est souvent ainsi que cela débute... C'est un matin d'hiver comme bon
nombre de matins d'hiver passés. On se réveille avec ses vieilles
douleurs diffuses, tout étonné d'être aussi fourbu dès le lever du lit.
On est étonné et vaguement déçu d'être ainsi... Pourquoi se pose-t-on
ces questions existentielles alors que tout semble aller son train,
cahin-caha ? Peut-être parce que depuis quelques temps, nous apprenons
des nouvelles funestes des gens de notre entourage, ici une hospitalisation, là un départ prématuré chez les grands indiens... On est étonné et vaguement peiné d'être ainsi... Parce que dans notre tête, nous avons toujours 17, 18 ou 20 ans et que si les illusions s'enfuient et que le corps parfois lâche, il nous reste une tendresse, un pétillement diffus, le reliquat fragile d'une époque un peu champagne. Champagne, chantait l'ami Higelin... Trinquons alors, puisqu'il nous faut trinquer.
C'est souvent ainsi que cela débute... On se surprend à être en rogne, la colère sourde en permanence, contre tout et rien, des bêtises le plus souvent, des petites plaies et bosses faites à notre ego, si exclusif et si
sensible.... Parce que le monde est malade, mais s'est-il déjà senti
bien? Nous sommes malades, enfin nous le croyons...
Comme mes vieux compagnons les garçons perdus du Pays Imaginaire, j'ai perdu mes billes et la clef du coffre des merveilles. C'est un scénario traditionnel, j'ai tendance comme tout bon occidental à pleurer sur moi-même,
certainement parce qu'avec l'âge, mon monde devient de plus en plus
petit.
Ce qui me manque véritablement, c'est la présence de l'humain. Comme tout flâneur qui se respecte, j'ai fait hier un détour par le marché de Wazemmes qui s'installait dans le frisquet du matin.
Des rires et des cris, des dialogues et des tapes dans le dos, nous ne
vieillissons pas tous à la même vitesse... Pourtant, ces gens ont des
soucis et de bien plus gros soucis que moi ; j'ai entendu ou lu dernièrement cette phrase sibylline et pourtant si actuelle :
"La misère, ici... C'est quand on a pas de petite cuillère pour manger son yaourt..."

C'est souvent ainsi que cela débute... Voilà... Je n'ai pas de cuillère pour manger mon yaourt... A force de mettre des freins pour ne pas être hors du wagon, je me suis englué dans un quotidien des plus conformes.
Pourtant, je fais un beau voyage, il me suffit de penser à ces grandes demoiselles qui vivent à la maison, ces deux filles qui ponctuent mon voyage d'escales toujours plus étonnantes. Les enfants, les siens où
ceux des autres, ceux que l'on fabrique où ceux que l'on arrache à la
sauvagerie du monde, qu'importe… Les enfants sont la justification de
bien des choses et nous aide à rester de très vieux petits garçons ou
de très vieilles petites filles.
C'est souvent ainsi que cela commence... La mémoire qui fout le camp! La colère qui s'installe! Les couleurs qui deviennent plus ternes, comme une gigantesque et lente glissade vers l'abîme! Je crois que le début de la vieillesse, c'est cela, oublier tout à coup le petit gars où la fillette que nous avons été, perdre la clef du coffre des merveilles, ne plus s'aimer, alors ne
plus aimer. Ah! Ferré! Tu l'as si justement mais si terriblement
chanté, avec le temps va, tout s'en va...
Mais... Mais... Pourquoi ne pas essayer de contrecarrer la bonne marche du sablier, tout au moins le ralentir, enfin se donner l'illusion de le ralentir... C'est un beau combat puisque c'est un combat perdu d'avance, mais les causes utopiques ont toujours été de mon goût! Pour être heureux, il faut
finalement se battre, et souvent de manière outrancière en chassant les
vieux démons, et pour cela, nous avons besoin des autres, les gentils
et même les moins gentils, ces derniers ont le mérite au moins de nous
montrer dans quels travers ne pas tomber...
Retrouver une manière de naïveté qui nous permet de survivre au quotidien, les tableaux naïfs sont les plus lents à sécher, c'est ce que j'aime à croire, parce que leur peinture est fraîche... On se raconte les histoires que l'on peut, n'est-ce pas?
Ne pas, ne jamais se prendre au sérieux, il y a l'éternité pour cela...
C'est parfois ainsi que cela cesse... C'est parfois ainsi que cela recommence... un matin d'hiver, vous vous réveillez, vous avez toujours
vos vieilles douleurs, mais vous êtes en vie! Dans le sensible et dans
le réel, vous regardez les gens avec un oeil différent et malgré le froid, malgré la courbature, sur votre visage une ombre glisse au sol, et le pli discret mais amer qui s'est installé au coin de vos lèvres se transforme imperceptiblement en sourire.
C'est parfois ainsi que cela commence...
Revenir en haut Aller en bas
Anne
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Coq
Nombre de messages : 23469
Date de naissance : 17/10/1957
Age : 61
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: C'est souvent ainsi que cela débute...   Sam 28 Nov - 22:27

Pascal c'est si vrai.... je te lis je me dis que je pourrais dire ces mots, et que c'est génial tu les as dit, tu as su mieux que moi exprimer ce que tout bas nous ressentons tous.

Pauvres humains que nous sommes, à toujours courir après des chimères, on se réveille un beau matin en se disant j'ai oublié de vivre, ou alors tien je me suis endormi... c'est pourtant si bon vivre. Il y a les rires, il y a les enfants comme tu le dis si bien qui sont notre piment, notre bouffée de fraicheur pour éviter de trop nous enfoncer.

Ce soir j'ai pris le temps de lire, je me sens tranquille, et j'ai aimé ces mots, ils m'ont parlés, ils ont un écho bien vrai en moi et c'est super.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Pascal
Langue pendue
Langue pendue
avatar

Masculin
Cochon
Nombre de messages : 306
Date de naissance : 12/11/1959
Age : 59
Localisation : Flandre
Loisirs : Ecrire et lire, lire et écrire
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: C'est souvent ainsi que cela débute...   Dim 29 Nov - 12:27

Tant mieux, les mots peuvent au moins servir à cela...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est souvent ainsi que cela débute...   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est souvent ainsi que cela débute...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un p'tit voyage dans le temps, cela vous dit??
» Je fais souvent des bêtises...
» Pourquoi cela ne fait-il rien quand on se chatouille soi-même ? (23 juin)
» Ainsi parlait Sarah Toussegras...
» [AIDE] HD2 : impossible de passer un coup de fil et de recevoir, ainsi que les sms.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le bateau ivre  :: Contes - théâtre et Histoires-
Sauter vers: